en construction

Projet pédagogique

Projet éducatif

intoduction :

La crèche parentale « La Souris Verte » est une structure d’accueil, un lieu de rencontre pour les enfants de 3 mois à 6ans. Elle accueille 25 enfants dans deux unités de vie qui proposent un accueil d’âges transversaux. Malgré cela il nous tient à cœur de transmettre un esprit d’unité et de permettre aux deux groupes de se rencontrer un maximum autour d’activités ou de simples invitations.
L’objectif principal de la Souris Verte est d’être un lieu d’éveil, de curiosité et de stimulation, afin d’aider l’enfant à s’épanouir et de lui permettre un développement harmonieux sur le plan physique, affectif et intellectuel. À travers la vie collective, elle favorise la socialisation de l’enfant tout en développant son individualité et sa personnalité.
Pour cela nous souhaitons offrir aux enfants un lieu où ils puissent s’épanouir dans un cadre sécurisant et familial, riche en possibilités d’éveil tout en respectant leurs droits, leur rythme et leurs différences.
La spécificité de la structure est l’acquisition d’un bilinguisme précoce franco-allemand, selon le principe « une personne une langue ».

I ) UNE ADAPTATION REUSSIE.


Personnaliser l’accueil de chaque enfant en lui proposant un temps d’adaptation progressif, basé sur l’observation de l’enfant et sa famille permet de faciliter son quotidien à la crèche. Cette adaptation lui permet de faire la transition entre la maison et la crèche. L’enfant a besoin d’un temps d’observation pour se familiariser avec son nouvel environnement (lieu, personnes, bruits)

L’adaptation permet :
Aux enfants de faire connaissance avec la crèche.
A l’équipe de faire la connaissance de l’enfant et de sa famille.
Aux parents de faire la connaissance de la crèche, des autres enfants et familles, de l’équipe.
Cette période permet d’instaurer un climat de confiance entre l’enfant, le parent et le personnel de la crèche pour le bien-être de l’enfant.

L’adaptation se fait au rythme de l’enfant. Cela peut durer de 1 à 3 semaines environ. Si le besoin se fait sentir, la présence d’un parent sur quelques jours est possible.

Voici un planning de référence (bien que dans tous les cas ce planning peut être modifié en fonction du rythme de chaque enfant et des angoisses des parents)

1er jour : rencontre parents-enfant-professionnel. Le parent transmet les informations nécessaires au professionnel pour connaitre l’enfant et son rythme. Symboliquement il passe le relai et autorise le professionnel à s’occuper de lui.

2ème jour : l’enfant et son parent passent une demi-journée parmi nous, le parent est présent de manière à être une présence sécuritaire et le professionnel essaye d’entrer en contact avec l’enfant par le jeu. C’est le parent qui se charge des soins de son enfant avec la présence plus ou moins systématique du professionnel.

3ème jour : Journée complète, le parent est toujours présent, mais c’est le professionnel qui joue avec l’enfant et qui s’occupe de ses soins.

4ème jour : l’enfant reste sans son parent à la crèche (une demi-heure voir une heure) . Progressivement la durée est prolongée au rythme de l’enfant afin d’arriver à une journée complète à la fin de la deuxième semaine environ. Au fur et à mesure, on ajoutera les moments clés de la journée (un repas, une promenade, une sieste…)

Une personne référente de l’adaptation définit les temps de présence en fonction de ses observations de l’enfant. L’adaptation est l’occasion de rencontrer toute l’équipe. Ce n’est donc pas que la personne référente de l’adaptation qui s’occupe de l’enfant durant son temps à la crèche, mais bien l’équipe. Le référant a pour rôle de gérer la période de présence de l’enfant, mais aussi de faire un récapitulatif des informations à connaitre au sujet de l’enfant, lors de la réunion du mardi.
Nous restons bien sûr à l’écoute des difficultés que pourraient rencontrer les parents à se séparer de leurs enfants. Il est nécessaire d’en parler avec les professionnels, au moins avec le référent de l’adaptation. En effet, les angoisses des parents peuvent se répercuter sur le bon déroulement de l’adaptation.

II) L’ACCUEIL QUOTIDIEN.


L’accueil du matin se fait entre 7h30 et 8h45. C’est un temps de transition entre la famille et la crèche. Ce moment doit être un temps privilégié pour les transmissions. Pour cela, le parent est invité à entrer dans l’espace de jeu avec son enfant afin de passer le relai à un membre de l’équipe. Le parent transmet les informations essentielles pour la prise en charge de l’enfant et le membre de l’équipe conduit celui-ci vers les activités tout en veillant à respecter ses rituels (bisous, poser le doudou…). Dans la mesure du possible, l’enfant aura le choix entre une activité dirigée et du jeu libre.
Il est important de respecter les horaires d’accueil afin de permettre aux professionnels d’offrir à l’enfant et à son parent le meilleur accueil possible.

De même « l’au revoir » du soir permet d’assurer la transition. Un membre du personnel transmet les informations nécessaires au parent en présence de l’enfant afin d’assurer la continuité.

Ces transmissions orales sont complétées par la mise en place de fiches individuelles relatant la journée de l’enfant.

III) LE BILINGUISME.


La crèche offre un environnement bilingue aux enfants. Chaque personne (professionnels ET parents) parle donc à tout moment, en présence des enfants dans sa langue maternelle, même s’il s’adresse à une personne adulte de l’autre langue.
L’objectif principal reste d’offrir aux enfants un bain langagier bilingue leur permettant d’acquérir les outils nécessaires pour s’exprimer. L’enfant peut donc s’adresser aux adultes dans la langue de son choix. L’adulte peut comprendre la langue de l’autre, mais il ne doit pas hésiter à dire à l’enfant qu’il ne le comprend pas si c’est le cas.
Ce qui est important pour l’enfant, c’est qu’il dise la chose appropriée à la situation, quelle que soit la langue. Ainsi qu’il dise « merci » ou « danke », cela revient au même.
Un code couleur existe déjà au sein de la structure afin de différencier les livres, ou les chansons de l’une ou l’autre langue (bleu pour les français et jaune pour les allemands)

IV) RÉPONDRE AUX BESOINS QUOTIDIENS DE L’ENFANT.


Le travail de l’équipe avec les parents permet de définir le rythme des enfants, afin de répondre au mieux à leurs besoins. Néanmoins l’équipe se base sur ses qualités d’observation afin de définir les besoins du moment et d’y répondre au mieux. Cela instaure un climat de sécurité affective pour les enfants et les met en confiance.


A) LES SOINS

Nous entendons par soins, tous les petits moments d’hygiène, comme le lavage des mains, le change ou le brossage des dents. Ces petits temps répondent aussi aux besoins affectifs des enfants.

Le change, en plus d’être un moment de soin, est un moment privilégié entre l’adulte et l’enfant. C’est un temps d’échange avec l’adulte où grands et petits communiquent par des sourires, des paroles, des gestes et des comptines. Chacun prend le temps de la communication. L’enfant découvre aussi à ce moment son corps par le toucher, la parole. Il est important que l’enfant éprouve vraiment une sensation de bien-être. Ce n’est pas la durée du change qui est importante, mais la qualité relationnelle de ce moment.

L’acquisition de la propreté ne peut se faire sans l’accord de l’enfant. Tout d’abord, il doit être prêt physiquement (savoir monter et descendre seul les escaliers) et psychiquement (lorsqu’il l’a décidé). Cet apprentissage se fait dans un premier temps à la maison. Il est important que l’enfant décide de ne plus porter de couche pour lui-même et non pour faire plaisir à ses parents ou toutes autres personnes.
Afin de ne pas ralentir l’intérêt de l’enfant à la propreté, nous le conduisons aux toilettes dès que l’enfant le demande.

L’hygiène de base se fait au travers de rituels. Les enfants sont sollicités pour se laver les mains avant et après le repas, après être passé aux toilettes et après les activités salissantes. Dès que l’enfant se tient debout, nous lui proposons de se brosser les dents.


B) L’ALIMENTATION

C’est un moment convivial de détente où petits et grands se retrouvent autour d’une table. Le repas constitue un repère pour l’enfant, qui permet de reconstituer le groupe réparti en différentes activités. Ce n’est pas pour autant que nous réveillons un enfant qui dort. Son repas lui sera servi dès son réveil.

Pendant ce moment de retrouvailles entre copains, quelques règles sont à respecter. Les enfants restent assis, ne doivent pas crier, ne pas jouer avec la nourriture (même si on peut dans un premier temps toucher et manger avec les doigts pour la découverte tactile de la nourriture… ) Les enfants ne sont pas obligés de manger et de finir leur plat, mais nous leur proposons de goûter à l’ensemble de ce qui est proposé.

Dans le cas d’allergie, nous demandons aux parents de nous apporter une ordonnance de leur médecin, et de créer avec ce dernier un protocole d’accueil individualisé, nous permettant de répondre au mieux aux besoins de chacun.

Le goûter du matin n’étant pas nécessaire dans l’équilibre alimentaire d’un enfant, nous avons choisi de proposer un goûter composé de fruits, de jus de fruits ou de légumes crus afin de permettre un temps de retrouvailles. Lors du goûter, nous mettons essentiellement l’accent sur la notion de partage. Un adulte coupe les fruits et l’enfant se sert avant de passer l’assiette à son camarade. L’enfant peut choisir le fruit qu’il veut. C’est également l’occasion d’apprendre à attendre son tour et tout simplement de découvrir les notions de politesse (« merci », « s’il te plaît »…). Ce moment est aussi l’occasion de développer l’autonomie des enfants en fonction de leurs capacités et leur volonté dans une atmosphère ludique. Ainsi l’enfant pourra aider à distribuer les gobelets et les bavettes.
Ce moment n’étant pas nécessaire dans l’équilibre alimentaire, si un enfant ne veut pas prendre de goûter, il sera invité à prendre un livre calmement. Cela afin d’éviter de perturber le repas des autres enfants.

Le repas est servi vers 11h15. Les enfants reçoivent d’abord l’entrée et le plat principal servis dans une même assiette à compartiment afin que les aliments ne se mélangent pas et le dessert. Les enfants commencent leur repas par le plat de leur choix. Le menu est présenté par un professionnel.
Tous sont servis à volonté (dans les limites du raisonnable) sauf la viande, le poisson, les œufs et le dessert ou il n’y a qu’une seule portion par enfant.

Le goûter de l’après-midi constitue un repas à part entière. Les règles rejoignent celles du goûter du matin.

La diversification alimentaire se fait en respectant le rythme de l’enfant et en collaboration avec les parents. Le professionnel peut proposer des changements (passage aux purées, ou aux morceaux…), mais ce sont les parents qui décident. Les apprentissages au niveau de l’alimentation, tout comme les nouvelles introductions alimentaires sont faits en accord avec les parents qui commencent d’abord à la maison.


C) LE REPOS

Le temps calme est une phase qui prépare les enfants à l’endormissement. Un membre de l’équipe prépare les enfants individuellement pour la sieste. C’est un petit temps individuel avec un adulte, très riche en échange. Pendant ce temps les autres patientent calmement autour d’une activité (écouter de la musique, raconter des histoires… )

Pour la sieste, les enfants sont accompagnés dans leur lit. Il est important de créer un climat sécurisant autour du sommeil. L’enfant pourra prendre son doudou et sa tétine. Il a son propre lit et un adulte pourra être présent si nécessaire. L’équipe veillera à respecter les rituels d’endormissement propres à chacun.
Les enfants se réveillent à leur rythme. On prend le temps du réveil. Les uns iront tout de suite jouer alors que les autres auront besoin d’un temps individuel pour se réveiller pleinement.
Ce sont les enfants qui définissent la durée de la sieste. Par respect du rythme des enfants, aucun d’entre eux ne sera réveillé. Si les parents souhaitent les chercher pour rentrer à la maison alors qu’ils sont encore endormis, un professionnel accompagnera le parent chercher l’enfant dans la chambre si d’autres enfants sont encore dans la chambre.
Pour les plus grands, la sieste a lieu généralement après le repas vers 12h30. Néanmoins, si le matin, un enfant montre des signes de fatigue ou demande à se coucher, il a le droit d’aller se reposer.
Les bébés quant à eux sont couchés dès qu’ils montrent des signes de fatigue.
Pour les moyens, on observe souvent une période de transition avec une sieste le matin puis une l’après-midi. Cela se fait doucement, au rythme de l’enfant tout en permettant des phases de retour en arrière si nécessaire.


D) LA SÉCURITÉ

L’enfant ne peut évoluer que s’il se sent en sécurité et en confiance. Ainsi le rôle de l’équipe est d’être à l’écoute de l’enfant, afin de lui proposer un environnement riche et sécurisant pour qu’il puisse développer ses capacités personnelles. L’aménagement des espaces de vie sera donc réfléchi afin de permettre aux enfants de circuler librement, quels que soient son âge et ses capacités motrices.
L’équipe veille donc à proposer un matériel conforme aux normes de sécurités, respecter les règles d’hygiène, ainsi que le protocole de santé et d’éviction en cas de maladie, établi par le médecin de la crèche.

La sécurité affective est aussi respectée si l’équipe sait être à l’écoute des enfants, sait les observer (signes de fatigue, de faim) et sait adapter son intervention (le coucher, le nourrir… )

Se sentir en sécurité implique aussi le respect de règles de vie, des camarades et des adultes. IL est important de pouvoir évoluer dans un cadre dans lequel les limites sont clairement définies. Ainsi, des règles de base sont mises en place (ne pas taper, rester assis à table pendant les repas…) tout comme des règles de politesse. Peu à peu et en fonction de leur âge, les enfants apprendront à attendre leur tour.

Le doudou est là pour rassurer l’enfant. Il doit pouvoir l’utiliser quand il en a besoin, pour s’endormir, s’apaiser ou tout simplement pour se rassurer. Pour cela, il doit être disponible et accessible, et il nous semble important de laisser l’enfant dès le plus jeune âge gérer son doudou.

V) RÉPONDRE A LA SOIF DE DÉCOUVRIR LE MONDE

Tout est activité. A tous moments de la journée, l’enfant se construit par l’intermédiaire du jeu. Toutes les activités proposées doivent être en adéquation avec le développement de l’enfant et se faire à travers le plaisir. C’est par le plaisir que l’enfant se construit. Ce dernier ne doit pas être mis en difficultés ou en échec. Chaque activité est proposée et pas imposée. L’enfant a la possibilité de dire « non ». Proposer et non imposer c’est respecter le choix de participer ou non, mais c’est aussi offrir la possibilité d’être observateur ou acteur.


A) LE JEU LIBRE

Étant donné l’âge des enfants de la crèche, on est souvent dans le jeu libre. Il faut savoir être à l’écoute et répondre aux demandes de l’enfant. Celui –ci construit son jeu et a la possibilité d’y inviter ses camarades ou l’adulte. C’est l’enfant qui mène le jeu. Le jeu libre lui permet de se socialiser et de découvrir les règles de base du respect. L’adulte doit pour cela proposer un environnement stimulant avec des objets et des jouets à sa portée. Cela lui permettra de développer son jeu suivant son besoin du moment. Durant le jeu libre, le rôle de l’adulte est de rassurer les enfants par sa simple présence, et de les laisser développer leur imagination et créativité. Il peut répondre à ses sollicitations, mais c’est l’enfant qui dirige le jeu.
Tout comme il est important de respecter le jeu de l’enfant, car c’est au travers du jeu qu’il se construit, il est primordial de lui permettre d’en sortir peu à peu et non brutalement ; nous proposons donc une musique pour en sortir. Lors de la première musique, les enfants savent qu’ils peuvent sortir tranquillement du jeu. Lorsqu’on entend la seconde musique, il est temps de ranger. Le temps du rangement devient alors un moment ludique.


B) LES AUTRES ACTIVITÉS

Les activités sont adaptées à l’âge des enfants .Elles ont pour but de stimuler l’expression orale, corporelle, musicale et motrice. L’acquisition de la motricité, le développement sensoriel, le besoin de l’identification, l’exploration de l’imaginaire, l’éveil et surtout le plaisir sont autant de notions que l’enfant développera au travers des activités.
Les activités sont proposées dans une ambiance de mise en sécurité et confiance, tout en sachant orienter l’enfant et lui donner les limites nécessaires.
Quelle que soit l’activité, il faut laisser l’enfant jouer. Le jeu est essentiel au bon développement de l’enfant et dans la construction de l’individualité de sa personnalité.

Quelles sont ces activités ?
Les jeux dirigés nécessitent la présence de l’adulte. Certaines règles sont à respecter (attendre son tour, respecter les règles du jeu…)Ex jeu de société, jeu de cache-cache…

Les jeux psychomoteurs favorisent le développement physique et participent au développement harmonieux des fonctions relationnelles et sensorielles. C’est ainsi aussi que se met en place le schéma corporel de l’enfant et son éveil sensoriel (Ex.: activités manuelles, jeux sensoriels, jeux de construction, jeux de manipulation… )

Les regroupements pour le temps du chant peuvent être considérés comme activité en soi. Ils ont lieu vers 9h et entre 15h15 et 15h30. C’est le moment de la formation du groupe. On prend le temps de nommer chaque enfant, de voir ensemble s’il y a des absents. Il est agrémenté de comptines, de chansons et d’histoires dans les deux langues. IL finit par la chanson qui introduit le goûter. Ce temps favorise la parole, la gestuelle, mais aussi la socialisation.

L’éveil musical est proposé environ 2 fois par mois par un professionnel extérieur. Tous les enfants y sont invités et y participent à leur rythme.

Les ateliers cuisine sont animés une fois par mois, par un des professionnels. Il propose un atelier culinaire qui s’intègre au menu du jour. Les enfants y découvrent par leurs 5 sens que la confection d’un repas se divise en plusieurs étapes.

Un atelier psychomoteur a lieu dans la salle de motricité. Au travers d’un matériel adapté, nous proposons des jeux permettant aux enfants de découvrir leurs capacités corporelles.
Parallèlement à tout cela, l’équipe veille à proposer diverses activités plus ou moins dirigées comme la peinture, le collage, les gommettes, le transvasement, la pâte à modeler… Autant d’activités qui permettent aux enfants de s’exprimer, de développer leur aisance corporelle, de gagner en autonomie et tout simplement de prendre du plaisir.


C) LA DÉCOUVERTE DU MONDE ENVIRONNANT.
sorties. L’idée est d’ouvrir les enfants sur l’extérieur et de mieux utiliser l’environnement autour de la crèche. Ces sorties se font soit en France, soit en Allemagne et sont dans la mesure du possible en lien avec le thème abordé.

Les sorties quotidiennes sont au nombre de trois : une le matin, une après le repas un début ou en fin d’après-midi. Il s’agit d’activité aux alentours de la crèche. Elles s’organisent en fonction du temps et du nombre d’enfants. Nous proposons aussi des sorties aux aires de jeux, ou au parc de l’orangerie.

Des sorties exceptionnelles sont proposées aux enfants en fonction de leur rythme et de leur intérêt et non de leur âge. On y trouve des spectacles, des musées, le marché, la bibliothèque, et diverses manifestations.
En été et quand le temps le permet, nous essayons de sortit tôt le matin pour faire un pique-nique. Cela nous laisse le temps d’aller plus loin et de découvrir d’autres horizons.

Un partenariat avec la crèche parentale « Le nid des géants » a été créé, et nous permet de faire un échange de livre, de rencontrer d’autres enfants, de découvrir une autre structure.

Un partenariat avec le jardin d’enfants la Buissonnière de l’Aar va peut-être se reconduire afin de proposer des activités nécessitant un plus grand nombre d’enfants (optimisation de spectacle, de fêtes…) dans un contexte bilingue.

VI) LE TRAVAIL AVEC LES FAMILLES.


Afin de permettre à l’enfant de grandir sereinement et de s’épanouir à la crèche, il est essentiel que l’équipe travaille en collaboration avec les parents. Ceci se traduit par des échanges réguliers. Ainsi l’équipe n’hésite pas à faire part aux parents de ses observations et questionnements concernant leur enfant. De même, les parents peuvent à tout moment partager leurs questions, leurs doutes et leurs observations concernant leur enfant avec l’équipe. Le rôle de l’équipe n’est pas de les juger, mais d’avoir une attitude de coéducation et de conseil.

Dans ce souci de coéducation, l’équipe échange régulièrement ses observations concernant les enfants. Cela lui permet, dans un premier temps, de définir les pistes à travailler avec chaque enfant et dans un deuxième temps, de faire part aux parents d’un bilan d’évolution de leur enfant deux fois par an. Ce bilan est souvent l’occasion d’échanges conviviaux et sereins.

Chaque famille assure une demi-journée de permanence-garde par semaine. Durant cette garde, le parent fait partie de l’équipe éducative, mais à un rôle à part. La garde permet une étroite collaboration avec l’équipe. Le parent aide surtout aux tâches quotidiennes (ménages, linge…), mais il contribue aussi à la sécurité et à l’éveil des enfants (promenade, gestion du temps de jeux libre… ). En accord avec l’équipe, le parent est invité à prendre en charge un groupe d’enfants. Il veille alors à ce que son action soit en cohérence avec le projet éducatif et pédagogique.

Les choix pédagogiques relèvent du travail de l’équipe pédagogique. Les soins sont aussi prioritairement effectués par l’équipe dans un souci de respect de l’intimité des enfants.

VII) SAVOIR GRANDIR ET SE DIRE AU REVOIR.


Au même titre qu’il est important de savoir accueillir un enfant et sa famille, il est important de savoir leur dire « au revoir » afin de les « autoriser » à passer à autre chose et notamment à l’école.
Pour cela, l’équipe leur parle de l’école au cours de leur dernier mois de présence à la crèche. Au cours des derniers mois, elle propose aux parents d’organiser une fête de départ. A ce moment, les enfants concernées ont une place spéciale. Ils peuvent choisir les chants qui seront chantés…
Au cours de la fête, l’équipe leur offre leur album souvenirs et de photos qu’elle a élaboré. Cela retrace leur passage à la crèche. Peu avant la rentrée scolaire, une carte leur est envoyée, leur souhaitant « bonne route » à l’école. Puis ils sont invités à la fête des lanternes pour leur montrer que bien que l’équipe soit contente qu’ils trouvent leur place à l’école, ils comptent encore à ses yeux.